Le TfT lance sa 51e saison !

Le TfT lance sa 51e saison !

La programmation 2018-2019 a été imaginée autour de la prise de parole d’artistes de Toronto et d’ailleurs, une saison de « paroles manifestes » qui fait écho au cinquantenaire placé sous le signe des « éclats manifestes ».  Il s’agit cette fois-ci de s’interroger sur la manière dont s’expriment les artistes au théâtre. « Chaque pièce est une occasion pour découvrir l’autre à travers son histoire et sa façon de la conter », explique Joël Beddows, le Directeur artistique de la compagnie.

Qu’est-ce qu’une prise de parole théâtrale ? Un simple dialogue, une tirade, ou encore un marivaudage ? Une prose ou une poésie ? Doit-il même y avoir des mots ? Autant de questions qui trouveront leur réponse tout au long de la saison, au gré des différents spectacles qui explorent la manière de délivrer un propos.

La nouvelle saison est résolument et sciemment éclectique, à l’image des publics de la compagnie et des intérêts esthétiques de Joël Beddows. Ainsi, des œuvres de créateurs connus au Canada ou à l’étranger, à l’affiche sur plusieurs semaines, côtoient des « spectacle-événements » ou innovants, présentés sur une plus courte durée.

GRAND PUBLIC

La saison débutera avec La Seconde Surprise de l’amour, une production du TfT, présentée du 17 au 28 octobre 2018. Cette comédie de Marivaux sera mise en scène par Joël Beddows, qui, après Dom Juan et Le Menteur, continue son exploration de la complexité du mensonge dans les relations sociales contemporaines et ce, à travers le répertoire classique.

Du 1er au 4 mai 2019, le TfT accueillera Écoutez nos défaites, une coproduction franco-canadienne adaptée à partir d’un roman de Laurent Gaudé, lauréat du prestigieux Prix Goncourt en 2004, dans une mise en scène du créateur français renommé Roland Auzet. Cette histoire d’espionnage haletante saura faire vibrer les spectateurs, qui assisteront à un face-à-face électrique entre deux agents secrets.

La saison sera marquée par l’accueil de deux spectacles exceptionnels ayant connu un succès retentissant en Europe, en collaboration avec Canadian Stage. Du 11 au 21 avril 2019, la salle Downstairs du Berkeley Street Theatre abritera les chambres de trois voisins de palier dont on suit les aventures et les maladresses dans Bigre, le spectacle sans paroles de Pierre Guillois, lauréat du Prix Molière de la Meilleure Comédie en 2017. C’est Tiago Rodrigues, le directeur du Théâtre national de Lisbonne bénéficiant d’une notoriété grandissante sur les plus grandes scènes européennes, qui clôturera la saison le 29 mai 2019. Son spectacle, Par cœur, invite 10 spectateurs à venir sur scène pour partager une expérience singulière : celle de retenir un court texte qui pourrait être transmis à la grand-mère de Tiago, qui perd progressivement la vue et la capacité de lire.

JEUNE PUBLIC

Dans la perspective d’amener une nouvelle génération de spectateurs au théâtre, le TfT présentera pour la première fois quatre pièces destinées au jeune public. Tout d’abord, la septième édition des Zinspirés : L’Âge de raison, sera jouée du 30 novembre au 5 décembre 2018, l’occasion d’entendre les prises de parole de cinq jeunes auteurs mises en scène par Chanda Gibson. Le 1er mars 2019, d’autres adolescents viendront partager leur réalité sur scène aux côtés de comédiens professionnels dans Impatience, une performance orchestrée par Anne-Marie Ouellet. Le TfT présentera ensuite Traversée d’Estelle Savasta le 26 avril 2019, l’histoire de Nour, qui entreprend un long voyage pour rejoindre sa mère dans un pays lointain. Ce spectacle touchant mis en scène par Milena Busiak introduit la langue des signes québécoise (LSQ) sur scène : la comédienne malentendante Hodan Youssouf s’exprime avec des gestes tout au long de la représentation. Enfin, le TfT et l’Alliance Française de Toronto (AFT) font équipe pour présenter Le Bibliothécaire de Marie-Hélène d’Amours et Hippolyte, un spectacle pour enfants, le 28 avril 2019 au Spadina Theatre.

EN TOURNÉE

Le TfT rayonnera également par la diffusion de ses spectacles au-delà des frontières de l’Ontario. Avant l’archipel d’Emily Pearlman (L’Irréductible Petit Peuple / Théâtre la Catapulte / TfT) reprendra la route pour une série de représentations au Nouveau-Brunswick (NB) et à Montréal. Le Dire de Di de Michel Oullette (Théâtre la Catapulte / TfT) sera présentée à La Nouvelle Scène Gilles-Desjardins (Ottawa) et au Théâtre Prospéro (Montréal). Enfin, Exercice de l’oubli d’Emma Haché (Théâtre populaire d’Acadie / TfT) sera créée en janvier 2019, puis jouée partout au Nouveau-Brunswick avant une série de représentations à Toronto à l’automne 2019.

PARTENARIATS

Comme la saison passée, le TfT poursuit sa collaboration avec l’AFT. Les deux institutions présenteront de nouveaux Regards croisés, une série cinématographique qui associe un film à chaque spectacle de la programmation 2018-2019. Le TfT sera partenaire des camps d’été de l’AFT, proposant aux plus jeunes un apprentissage de la langue française par les arts dramatiques. Cette collaboration étroite avec l’AFT et Canadian Stage s’inscrit dans une stratégie de rayonnement par la multiplication des partenariats avec des organismes locaux, afin d’assurer au TfT une meilleure visibilité dans le Grand Toronto.

DÉVELOPPEMENT DE PROJET

En tant que moteur de création et d’innovation, le TfT remplira son rôle d’incubateur de projets, accueillant de nouveau Alain Doom comme auteur en résidence. Le texte de celui-ci, Le Club des éphémères, fera l’objet d’une série de laboratoires en 2018-2019. La compagnie mettra également son studio à la disposition de Lina Blais et Nathalie Nadon pour le développement de leur projet L’Affaire des Bacchantes ainsi qu’à Chanda Gibson et Sophie Goulet, pour une exploration spatiale autour des Bonnes de Jean Genet. Enfin, le TfT et Joël Beddows travailleront avec la dramaturge torontoise de renommée internationale Marie-Claire Marcotte sur sa pièce Flush.

À l’heure où la métropole devient une terre d’affluence des francophones de tous horizons, le TfT constitue plus que jamais le lieu de rencontre entre les spectateurs et les artistes. La compagnie croit à la démocratisation de l’art et continue ainsi de proposer des surtitres en anglais, les soirées Payez-ce-que-vous-pouvez le jeudi, ou encore les matinées scolaires.